Détails

Format : Livre broché
ISBN : 9782901795506
Collection : Routes de la soie
16.1 x 24.7 cm
Poids : 713 gr
Nombre de page : 508
Première publication : 04/12/1992
CLIL : 4093
BISAC : SOC008070

La Horde enracinée

Turkmènes d’Iran

En retraçant la saga de la famille d'Agholi, La Horde enracinée raconte la vie des Turkmènes d'Iran, sédentarisés mais toujours nomades dans l'âme. Un récit épique, une évocation haute en couleurs, ce témoignage se lit comme un roman et offre au lecteur un voyage dans un monde aujourd'hui inaccessible. Cartes et dessins de l'auteur en fin d'ouvrage.

Livre papier
acheter
24,00 €
Epub
acheter
14,99 €

BIOGRAPHIES DES CONTRIBUTEURS

Alain de Bures

Alain de Bures est Zootechnicien, il a été actif dans le milieu des ONG en Asie-Centrale, notamment l'ONG française CIDR (Compagnie Internationale de Développement er de Recherche).

----



Alain de Bures, courte biographie

(par la famille d'Alain de Bures, lors de ses obsèques en 2020)

 

Alain vient au monde le 12 septembre 1946 à Lectoure dans le Gers.

 

Ses parents, Robert et Madeleine, espéraient s'installer dans la ville où Robert avait passé son enfance près de sa grand-mère ; mais, faute d'y trouver un emploi sûr, le couple s'installe à Perpignan où Robert a obtenu un poste dans une compagnie d’assurance.

 

Alain est un enfant vif, intelligent, mais peu obéissant. Il est rétif aux consignes scolaires et à l'orthographe, Alain obtient cependant son certificat d'études en juin 1960 ; le psychologue scolaire recommande l’internat.

 

Alain aime les plantes, les bêtes, alors c'est décidé: il ira en internat à Malibert, école d'agriculture, près de St Chinian dans l'Hérault. Scolarité de 1961 à 1966, il obtiendra un BM et un BEPA.

 

Ses études le mènent à suivre la prestigieuse formation de la Bergerie Nationale de Rambouillet. Il en sort diplômé en novembre 1967.

 

Il repousse la proposition alléchante d'un éleveur néo-zélandais : il ne veut pas se mettre à l'anglais….

 

1968 : service militaire ; après les classes il devient caporal d'intendance au centre de repos militaire de Port-Vendres.

 

Il passe ensuite près de trois années comme simple berger sur le Larzac.

 

Un ami de la famille, le docteur René Garrigue, engagé dans une association humanitaire, offre à Alain de partir en Iran. C'est le grand tournant.

 

De 1971 à 1979, Alain participe à la mise en place d'un programme de réinsertion économique et sociale d'anciens lépreux et en même temps partage la vie des tribus turkmènes du nord du pays.

 

Il lui faut apprendre des codes sociaux nouveaux, des modes de vie différents : chevauchée dans la steppe, bivouacs sous la yourte. Il illumine les vallées et villages de Behkadeh par sa superbe énergie, son sens de la fraternité et ses talents de conteurs ; il va jusqu'à partager un repas en tête-à-tête avec Farah Diba / Pahlavi, la Shabanou, marraine de ce projet mis en place dans sa région natale, qu'elle visitera aux côtés d'Alain !

 

1980-1983: mission, difficile à Tadjourah (République de Djibouti). Éloignement, souvent seul sur le terrain, problèmes de santé.

 

A la fenêtre de son bureau il y a toujours quelques gamins délurés pour observer le Français. Histoire drôles, facéties, rigolades, visites aux familles des gamins et le projet humanitaire peut s’enraciner.

 

Et sa rencontre avec Hugo Pratt, de passage dans la région, hébergé une nuit par Alain à qui il laissera en souvenir un dessin : sa vision, depuis le bateau prêt à accoster, de ce petit bonhomme blanc qui observe depuis le ponton l'arrivée du bateau du soir, la pipe à la bouche.

 

De 1984 à 2011 Alain est en Afghanistan ; il est alors connu partout comme « Ali Jan ».

 

Guerre permanente, guerre étrangère contre les soviétiques, les Américains ; guerre civile entre clans, pour ou contre les Talibans. Malgré ce contexte dangereux, il faut tenir bon pour restaurer les cultures en terrasses, les réseaux d'irrigation, améliorer l'état du cheptel, les pratiques pastorales, et puis négocier sans cesse, discuter, palabrer, ménager les susceptibilités ; respecter les préséances Il faut renoncer à résumer ici 27 années passées en Afghanistan.

 

Rares sont les vallées et les estives qui n'ont pas conservé le souvenir du passage d’Alain.

 

Grâce à sa connaissance fine du pays, il peut se déplacer là où les occidentaux ne sont pas acceptés. Il est connu, et reconnu, tant par les Afghans que par les occidentaux, comme un conteur incroyable, une encyclopédie vivante sur cette région du monde.

 

Il racontait qu'au cours des années 1990 il avait critiqué un jeune commandant Taliban qui, courroucé, lui avait demandé qui il était, lui, l'étranger, pour se permettre de donner son avis alors qu'il ne connaissait pas le pays. Le gouverneur avait alors fait taire ce jeune commandant en lui disant qu'Ali Jan avait vécu autant d'années que lui dans ce pays, sinon plus...

 

La vie d'Alain est indissociable de l'Afghanistan, pays qu'il chérissait.

Pour beaucoup de jeunes qui ont démarré leur vie d'humanitaire en Afghanistan, Alain reste une figure de légende à la Henry de Monfreid.

 

Coiffé de son pakol et habillé de son shalwar kameez, il arpentait les vallées des montagnes afghanes au milieu des villageois et lors d'interminables shuras, tout aussi à l'aise dans les réunions de bailleurs de fonds ou dans les Ambassades, il racontait et rapportait les difficultés de vie des vraies gens.

 

Alain est très méconnu au regard de l'ensemble de l'action qu'il a menée en Afghanistan. Ceci est dû au fait qu'il pensait être plus utile à faire ce qu'il faisait plutôt que d'en faire la promotion. Alain avait bien sûr un caractère et un égo certains, particulièrement dans la manière dont il concevait la bonne mise en œuvre des projets ou son rejet de la sécurité pensée par « les expats », mais cet aspect de son caractère à ne s'être jamais mis en avant comme il aurait largement pu le faire doit être souligné. Ses réalisations sont vraiment considérables, par-delà l'aide d'urgence : une route construite dans les années 1980 de la Kunar au Nouristan, la mise en place dans l'est d'une couverture sur la santé animale, l'irrigation des plaines au sud du Laghman

 

L'ensemble des ses actions en Afghanistan lui voudront d'être nommé le Chevalier de la Légion d'Honneur le 25 avril 2009.

 

Alain retournera par deux fois en Afghanistan pour des missions courtes, la dernière en 2016 pour « boucler la boucle » et effectuer l'évaluation du projet de santé animale de MADERA.

 

Il revient alors définitivement au pays et s'installe à Calce pour profiter d'une retraite bien méritée. Ce choix de Calce est lié à un souvenir d'enfance :

Le jeudi il n'y avait pas de classe, alors son père l'emmenait faire sa tournée d'inspecteur d'assurance en moto. Le retour à la maison était souvent nocturne ; la traversée de Calce, à peine éclairé par quelques rares réverbères publics, et les ombres projetées par la lumière du phare de la moto, rendaient ce retour étrange, fantastique…

 

Dans cette maison de Calce qu'il a tant préparée, Alain profite de ses nombreuses passions : les langues persane, occitane ; les vêtements et les bijoux ramenés de ses lointains voyages ; la musique baroque, les églises romanes...

 

Il fait découvrir le Roussillon à ses amis venus de tous les horizons.

 

Il s'implique dans la vie locale, notamment en participant au conseil municipal.

 

Mais cette vie passionnante et passionnée, n'a pas laissé de place à d'autre compagne, Alain est resté célibataire.

 

S'il n'a pu avoir d'enfant, Alain a comblé ce manque de la plus belle manière qui soit en adoptant Najeeb en 2016.

 

Parce qu'Alain aimait les gens, qu'il les comprenait, savait écouter leurs joies et leurs tristesses, il a eu nombre de filleuls et enfants du cœur : Ali, Djunaid, Houmed, Homayoun, Javed, Madjid, Shekeb, Sabawon, Taiba, Wahid, Walid ,Yama

 

Il les a fait venir en France, et afin de faciliter leur intégration, les a poussés à faire des études.

 

Alain a fait de ces jeunes gens, fils d'Afghanistan ballotés par les tourments de ce pays mystérieux et fascinant, des hommes accomplis qui aujourd'hui, forts de cet héritage qu'il leur a laissé, prolongent ce que leur enseigné Alain, et, à leur tour, transmettent et donnent sans compter, dans le même esprit de partage et d'entraide, ce qu'ils ont reçu de ce Père de cœur.

 

Doté d'une plume unique et d'un remarquable coup de crayon, Alain nous a laissé un livre remarquable - La Horde enracinée - », ouvrage qui raconte la vie des Turkmènes d'Iran, et plus particulièrement de la famille d'Agholi, famille d'adoption d'Alain dans cette région.


TABLE DES MATIÈRES

Introduction

I - Golsenem

II - Où un certain colonel Iskandar dit des choses intéressantes

III - Où Raïdjab réapparaît

IV - Un peu d'histoire et de géographie

V - Où l'on fait connaissance des cousins de Congor

VI - Où Raïdjab n'a rien perdu de ses préoccupations

VII - Sur le champ de courses

VIII - Les courses de Gonbad et leurs curieuses règles

IX - Deux bavardes sont interrompues par un heureux événement

X - Le Mochtoloq

XI - Ghotteur

XII - Où l'on fait la connaissance d'un autre Agholi

XIII - Où l'on parcourt la vallée d'Ammand

XIV - Atna l'Emir des eaux et Mehdi Khan

XV - Djamchid a sept jours

XVI - Où un drôle d'orage se prépare

XVII - Agholi et Edjé partent pour une mission délicate

XVIII - Agholi et Edjé rapportent des nouvelles de Congor

XIX - Où Baba s'en vient, puis s'en va

XX - Traîtrise !

XXI - Chez les mollahs de Peychkambar

XXII - Le cheval du Tatar et la triste fin d'Annabay

XXIII - Un pèlerinage, pour se distraire

XXIV - Où l'on parle de gloire et où l'on prend une leçon de panache

XXV - Où l'orage s'amasse sur Ammand

XXVI - Raïdjab m'emmène là où le temps s'est ralenti

XXVII - Anna Bibi, les taureaux et les tapis

XXVIII - Où je regrette que le temps ne soit que ralenti

XXIX - Qui voit partir Ghorban et apparaître Hourie

XXX - Où les filles et les femmes turkmènes montrent leur caractère

XXXI - Ghorban réapparaît et Hourie disparaît

XXXII - Hadji Ghorban Chaadi

XXXIII - Où l'on s'en va faire un tour chez les Yomouts

XXXIV - Moravé Tépé

XXXV - Où l'on rencontre les derniers nomades

XXXVI - Où les Topkhanis cherchent la bagarre

XXXVII - Tchapawoz

XXXVIII - Où Wali prend sa place dans la société

XXXIX - Un mauvais départ sur une nouvelle piste

XL - L'Aïd-e Ghorban

XLI - Où l'on touche enfin au bout de cette histoire

XLII - Négociations

XLIII - Où il est question du Jour Neuf

XLIV - Où la noce commence

XLV - Où la noce se termine et la vie continue

Un peu d'histoire des Turkmènes

Cartes et dessins de l'auteur