Détails

Format : Livre broché
ISBN : 9782360570744
Collection : Monde coréen
13.5 x 21.4 cm
Poids : 300 gr
Nombre de page : 304
Première publication : 16/03/2016
Dernier tirage : 03/2016

Le Phare

Traduction : Lee Ki Jung , François Blocquaux

Après nous avoir conté son enfance rude mais enchantée auprès de ses grands-parents dans son best-seller Je veux aller dans cette île (L’Asiathèque, 2013), Lim Chul-woo évoque son enfance à la fois rude et heureuse auprès de ses grands-parents sur l'île de Wando, au sud de la Corée, puis raconte son adolescence et son déménagement mal vécu dans un pauvre faubourg de Kwanju, sur le continent. Sa mère luttant pour les faire vivre, lui et ses deux soeurs dont l'une est handicapée mentale. Dans le Phare, Lim Chul-woo nous plonge dans l’intimité de Coréens déshérités, en marge de la ville, sans fard ni misérabilisme

Livre papier
acheter
22,00 €

REVUES DE PRESSE

« ... quelque soit notre désespoir : "nous avons le devoir d'être comme un phare aux yeux de ceux qui sont en perdition". Lim Chul woo évoquait déjà une enfance âpre et joyeuse dans Je veux aller dans cette île. Creusant la même veine, il offre une poignante leçon d'humanité et d'humilité ... »

(L'imaginaire sud-coréen resta habité par les âmes des morts virevoltant parmi les vivants. Chamanisme et animisme tiennent tête à la modernité et donnent toute sa force à la littérature, à l'honneur au Salon Livre Paris 2016 18/03/2016)
Télécharger l'article

« ... On y mesure combien la vie était âpre dans la Corée "profonde" des années 1960, on goûte au pittoresque d'un peuple gardant la mémoire d'un pays qui fut longtemps isolé ... »

(Le magazine littéraire - Le Phare 01/04/2016)
Télécharger l'article

Quatre maîtres coréens
« ... Comme une parenthèse dans l'oeuvre politique de cet auteur engagé, le journal de bord de son jeune héros, débarqué avec mère et soeurs dans un "hameau de foutraques" (...). Un bel hommage à toutes les mères courage des années 1960 ... »

(L'express, 17/03/2016)
Télécharger l'article

30 auteurs coréens à Paris
« ... Il a fait de la démocratisation du pays une puissance source d'inspiration. Considéré comme un auteur subversif, il témoigne de la violence de l'histoire et de la confiance en l'être humain ... »

(Livreshebdo, 19/02/2016)
Télécharger l'article

« ... Enfance maudite et pourtant le récit autobiographique resplendit de toutes les rencontres bienfaisantes faites par le jeune garçon. Au coeur du dénuement, ces âmes à la fois pitoyables et sublimes tiennent bon ... »

(Une adolescence coréenne 18/03/2016)
Télécharger l'article

BIOGRAPHIES DES CONTRIBUTEURS

Lim Chul-woo

Lim Chul-woo, né en 1954, publie sa première nouvelle, « Voleur de chien » en 1981 et se fait rapidement connaître grâce à de nombreuses oeuvres (dont 《아버지의 땅》, en 1984, « La Terre de mon père », publié en français sous le titre Terre des ancêtres, Paris, Imago, 2012). Je veux aller dans cette île lui a gagné les suffrages du public coréen et un film en a été tiré (« To the Starry Island ») dont il a été le coscénariste avec Lee Chang-dong et le réalisateur Park Kwang-su. On a pu le voir dans la série réalisée pour Arte par Jacques Debs, "La Corée du Sud, le pays aux multiples miracles", diffusée du 2 au 6 novembre 2015 (épisode consacré aux îles : Wando et Jeju).


TABLE DES MATIÈRES

Prologue
La famille « Bonshommes-de-neige »
La ville et ses illusions
La masure au toit de tuiles
Le hameau des foutraques
La toile d’araignée
Yang-shim
Ma mère et sa machine à coudre
Le père ou son ombre ?
Le rêve du manchot
Le coiffeur du salon le Nouveau Monde
Le vieux pupitre
Le début de l’errance
L’histoire de l’étoile
Les pépins de raisin et l’amour, I
Les pépins de raisin et l’amour, II
La maison de l’oranger
La remise aux palanquins funéraires
L’étoile du matin
La masure au bord des rails, I
La masure au bord des rails, II
Hiver
Gwi-ok, « le Corbeau »
Devant la tombe
Oh-mok, quelle idiote !
Pluie de printemps
Scène finale
Le professeur l’Anchois
Devant cette maison-là
Chambre avec harmonium
Nuit au clair de lune
Le ginkgo
L’étincelle
Adieu
Quinze ans plus tard
Épilogue
De l’auteur au lecteur