Nouveauté
Détails

Format : Livre broché
ISBN : 9782360573042
Collection : Taiwan Fiction
14 x 18 cm
Poids : 380 gr
Nombre de page : 324
Première publication : 15/06/2022
CLIL : 3444
BISAC : FIC086000

Lire un extrait

Les Yeux de l’océan

Mata nu Wawa

Traduction : Damien Ligot

Préface : Gwennaël Gaffric

La voix singulière et puissante de Syaman Rapongan, aborigène longtemps rejeté aux marges, prend part aux débats sur l’avenir du monde.

Syaman Rapongan, auteur appartenant au groupe autochtone des Tao et qui aime se définir comme un écrivain-pêcheur, revient sur sa jeunesse, quand il a quitté son île natale de Botel Tobago (île des Orchidées au large de la côte est de Taiwan) pour rejoindre le « continent » taïwanais. Dans cet ouvrage, d’inspiration largement autobiographique, Syaman Rapongan raconte comment il a été encouragé à quitter son lieu de naissance et celui de ses ancêtres pour aller trouver du travail dans la métropole « civilisée ». Il y raconte ses errements identitaires, les discriminations qu’il subit, à la fois comme autochtone et comme prolétaire, et aussi ce qui le pousse à reconsidérer la valeur de la culture de ses aïeux, et enfin, à revenir chez lui et à lutter pour la reconnaissance des droits de son peuple.

Chronique sociale du Taiwan des années 1970 et 1980, à un moment où les Autochtones sont encore considérés comme des individus arriérés et sauvages, Les Yeux de l’océan - Mata nu Wawa offre à voir une autre facette du « miracle économique taïwanais ». Avec une plume à la fois pleine de colère et d’espoir, Syaman Rapongan raconte comment les injustices d’hier ont contribué à façonner le Taïwan d’aujourd’hui et comment l’héritage culturel des autochtones formosans peut régénérer la culture taïwanaise contemporaine en la situant dans une nouvelle dynamique transpacifique. En dépit de sa double marginalisation, en tant qu’autochtone et en tant que taïwanais, Syaman Rapongan montre aussi comment Taiwan peut participer aux débats sur l’avenir du monde.

Livre papier
acheter
€22.50

REVUES DE PRESSE

« ... Quelques tournures m’ont interpelé, et en général, quand une phrase interpelle le lecteur, c’est qu’elle réveille en lui une émotion, comme dans ce passage : « Sur l’instant, j’ignorais si ma sœur, encore au début de la trentaine, pleurait de joie, ou si elle versait les larmes de la mal mariée ». Les Yeux de l’océan est à conseiller pour tous les amoureux de l’Asie ... »

(Benjamin AUDOYE, 05/07/2022)
Article en ligne

« ... C'est fort, parce qu'il raconte ce qu'il a vu et vécu, notamment dans la colonisation et le besoin des occupants d'annihiler les traditions et la langue des autochtones. ... »


« Récit autobiographique, est aussi une lettre d’amour au milieu marin. Lequel, loin d’être un simple cadre circonstanciel, constitue un personnage majeur. Tour à tour qualifié de "prêtre" ou de "professeur", il est le foyer d’une religion et d’une éducation spécifiques, celle des Tao. ... »

(Le Monde des livres, 17/06/2022)
Télécharger l'article

« ... Un livre à découvrir et à prendre le temps de savourer qui me donne envie d'en apprendre encore davantage sur ce peuple et me donne envie de connaître les autres écrits de cet auteur qui se bat pour la survie de sa culture. ... »

(Dans la Bulle de Manou, 15/06/2022)
Article en ligne

BIOGRAPHIES DES CONTRIBUTEURS

Syaman Rapongan

Syaman Rapongan est né le 31 octobre 1957 sur Ponso no Tao, petite île au large de la côte orientale de Taiwan. Il appartient au groupe des Tao, l’un des 16 groupes autochtones officiellement reconnus aujourd’hui par le gouvernement de la République de Chine à Taiwan. Parti étudier et travailler sur le « continent » taïwanais, Syaman Rapongan participe à de nombreux mouvements de défense des droits autochtones et revient sur son île natale à la fin des années 1980, pour réapprendre et mettre en valeur les pratiques culturelles ancestrales des Tao liées à l’océan. Auteur de neuf ouvrages parmi lesquels des recueils de légendes, des essais, des nouvelles et des romans, où il raconte son quotidien et celui des membres de sa communauté, ainsi que ses voyages vers les autres îles de l’océan Pacifique. Un recueil de récits a été traduit en français : La Mémoire des vagues (Tigre de Papier, 2009). Traduction : Marie-Paule Chamayou, ainsi qu'un récit dans le n°1 de la revue Jentayu.

© Kun Yung Wu

Gwennaël Gaffric

Né en 1987, Gwennaël Gaffric est maître de conférences en études chinoises à l’Université Jean Moulin Lyon 3, où il enseigne la langue et la culture chinoises. Il est l’auteur de plusieurs articles en français, anglais et chinois portant sur la littérature sinophone (Chine, Hong Kong et Taïwan). Ses récentes recherches portent sur la science-fiction contemporaine en langue chinoise. Il est par ailleurs traducteur littéraire et dirige à l’Asiathèque la collection « Taiwan Fiction ».

Damien Ligot

Damien Ligot est enseignant et traducteur du chinois. Ancien étudiant de l’Institut d’anthropologie de l’Université Tsing Hua de Hsinchu (Taiwan), il est titulaire d’un Doctorat en Études de l’Asie et ses diasporas (Université Jean Moulin Lyon III, janvier 2012). Musicien et amateur de spectacle vivant, il observe le pluralisme culturel de Taiwan depuis plus d’une quinzaine d’années à travers ce prisme. Il s’intéresse par ailleurs à la paléographie, à l’histoire des religions et croyances populaires, aux médecines traditionnelles, aux phénomènes de transe, ainsi qu'aux multiples expressions du chamanisme dans le monde contemporain.
Il a traduit notamment :
Lay Chih-ying, « Libellule rouge », dans le recueil de nouvelles Formosana - Histoire de démocratie à Taiwan, L'Asiathèque, 2021
Chang Wan-k’ang, « Vidéoman », dans le recueil de nouvelles Taipei - Histoires au coin de la rue, L’Asiathèque, 2017
Ping Lu, « Virtual Taiwan », dans le numéro Spécial Taiwan, Editions Jentayu, 2016


COLLECTION

Taiwan Fiction
ISSN : 2429-7496
La collection « Taiwan Fiction », créée en 2015, présente des œuvres littéraires d’auteurs taïwanais contemporains qui abordent avec une écriture originale les questions cruciales de notre temps.